Actualités

Accueil
Actualités
Archives
Principauté
Nos princes
Littérature
Beaux-arts
Polémiques
Courrier
Journal
Nomenklatura
Contact

20 pages


Actualités
Actuellement, ces actualités ne sont pas vraiment actuelles, puisqu'elles ont émigré de la page d'accueil avant de remigrer plus tard vers les pages "Archives". Ce sont donc des actualité quelque peu révolues, destinées essentiellement aux visiteurs occasionnels.


Qui est le Krû Limâthâta ?

[Juin, de notre reporter infiltré Mel Nurpat]

Le Krû Limâthâta est un grand messager du Dharma, porteur d’une très haute conscience cosmique. Le Krû Limâthâta est l’instrument d'un nouvel équilibre planétaire : tel Bouddha, Jésus, Sri Aurobindo et Mireille Mathieu, Il est le canal vivant de la Supraconscience à la portée de tous !
Aujourd’hui, Le Krû Limâthâta, offre le fruit précieux de Ses longues ascèses pour permettre aux humains de se purifier et d’élever leur niveau de conscience.
L’initiation Dacia Snana est un profond nettoyage cellulaire ré-hydratant, lissant et antirides au Pro-rétinol. L’énergie universelle inonde l’âme de la personne initiée et la libère des impuretés accumulées et des taches rebelles.
Le Krû Limâthâta dit : "L'homme est la plus noble de toutes les créatures après le bulot. Mais souvenez-vous bien que vos âmes ont traversé de nombreuses étapes foireuses avant d'atteindre le stade humain. Ce voyage n'est pas encore tout à fait achevé. La splendeur véritable de la vie n'attend que vous. Je suis venu sur Terre pour vous aider. Aider les âmes à évoluer en 1ère division a toujours été ma mission sur terre."


Jeu concours

4 février.


La fille d'un célèbre homme d'Etat de la Principauté vient de nous envoyer cette photo prise lors d'un séminaire auquel elle participait, séminaire destiné aux goys qui veulent se convertir et embrasser la religion juive avant d'épouser un rabbin. Devinez quel est son fiancé ? Tout ceux qui auront donné la bonne réponse auront droit à un plat de charcuterie casher. Bonne chance.
PS : Nous avons déjà reçu plusieurs mails disant que son futur époux était celui qui baille au bas de la photo. Erreur !  Cherchez encore...

 


Maison de retraite de la Gamassade

2 mai. Maison de retraite médicalisée de la Gamassade
L'Etablissement d'Hébergement de la Principauté pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD) sera bientôt complet. Spécialisé dans le retraitement des dictateurs retraités, présidents à vie et autres déchets ultimes, il accueille de nouveaux pensionnaires. Les résidents actuels (Bébé Doc, Franco, Amin Dada, quelques Ayatollahs bien-pensants, les âmes des époux Ceaucescu, et autres bienfaiteurs de l'humanité) sont rejoints par les présidents Gbagboin, Ben Alibaba et Hosni Boubaraque. Le directeur, M. de Leurmiche, a d'ores et déjà réservé une tente pour un célèbre bédouin frileux coiffé d’une chapka sibérienne en fourrure (photo). Hélas, on apprend aujourd'hui que la grotte réservée par Oussamouille Benladouille n'aura pas de locataire (à moins d'une nouvelle erreur des services secrets américains).
––––––––––
Réactions :
Le Prince : Benladouille, il est au fond de la mer, non ?
Heidi Bayernmädchen : Oui, il fait le sous-marin.
Suze : J'espère que l'on ne vas pas rechercher ses boîtes noires !
Nicolas Hurlot : La mer c'est pas une poubelle !
 


La vie privée des stars

Alors qu'il promenait incognito son molosse dans les rues de Foix, Burnaud d'Escouilles s'est fait surprendre par les paparazzi qui poursuivent sans relâche les célébrités.
Pour éviter la condamnation pour non respect de la vie privée et atteinte au droit de l'image, le photoshoppeur stagiaire de service avait l'obligation de flouter le visage de notre grand homme. Malheureusement, il s'est trompé de sujet...


Accessoires auto

Une association de la Principauté, le Centre islamique de la Sainte Vertu, demande que les magasins d'accessoire auto vendant des clés en croix pour démonter les roues, symbole religieux ostentatoire, puissent offrir parallèlement des outils plus halal : des clés en croissant. Voir les modèles ci-contre :


Fiesta bunga bunga ?
16 décembre, de notre reporter Didier Puchas à Arcachon

Le duc de Panier se prépare-t-il à une fiesta bunga bunga ?

Alors que le président du Conseil italien, Silvio Berlusconi, devrait rapidement comparaître dans le cadre d’un procès pour abus de pouvoir et relations sexuelles avec une prostituée mineure, le duc de Panier se perd en conjectures sur les fiestas bunga-bunga popularisées par la débâcle sexuelle berlusconienne.


Sensationnelle découverte à la Gamassade !

25 avril. Un lithoclavier préhistorique, datant vraisemblablement du paléanderthal, a été mis au jour dernièrement sur le causse gamasson.
Lors de la traditionnelle partie de chasse à la bergère qui se déroule depuis des temps immémoriaux chaque lundi de Pâques, les nemrods de la Gamassade, prenant leurs aises pour la pause casse-croûte, eurent la surprise de voir affleurer au sol un ensemble de pierre taillées portant des inscriptions étranges.
L'expert clavistique mondialement connu, le Professeur Descouilles, en villégiature dans les parages, a formellement  identifié l'ensemble comme un clavier destiné à appeler la bienveillance des puissances célestes. Le site a aussitôt été classé par le Prince, et protégé par les forces de sécurité de la Principauté, pour permettre l'examen scientifique approfondi de cette découverte de toute première importance.
Burnaud, petit reporter gamasso-ariégeois


Liens à explorer

5 avril, de notre ouèbmaster, tracteurs gamassons...
Les amateurs de camions Citroën aiment bien le site de la Gamassade :
http://les-camions-citroen.easyforum.fr/t486-citroen-a-fait-des-tracteurs-agricoles

Urbi impetum 
Une Eglise en perte de vitesse ? Des communautés chrétiennes frileusement repliées sur elles-mêmes ou au contraire des croyants dynamiques ? Cette vidéo montre comment l'Eglise tente de demeurer présente dans la principauté quitte à rencontrer parfois de cuisants échecs...
http://www.youtube.com/watch?v=WLKk00OYKhU

2 mai. Notre Prince invité d'honneur au prochain festival de Canne
Apparemment, tout le monde en parle sur la Croisette...
Cliquez ici, pour voir l'émission de télévision :
http://www.monfestival.fr/2009/index.php?v=f89eb8de0099fa44d93bcade0f9f0320


Manifestation culturelle

13 avril, revue de presse de Ban Carrade
La Dépêche du Midi
Manifestation culturelle :
http://www.ladepeche.fr/article/2011/04/12/1057484-Bientot-une-Miss-Pays-du-Cele.html

"Les chorégraphies s'enchaîneront, offrant un visuel harmonieux, pour émerveiller les spectateurs." Nous aussi nous pourrions "émerveiller les spectateurs" en organisant l'élection de Miss Gamassone ? Aux critères de candidature - si vous mesurez 1,70 m minimum, êtes âgée de 17 à 24 ans, de nationalité française, habitante ou originaire du Lot - il faudrait ajouter "pas farouche" et "bergère du causse" pour le statut professionnel mais retirer les critères d'âge, de nationalité, de taille et laisser tomber les contraintes vestimentaires (robe de soirée et tenue de bain), ça nuit à l'appréciation globale.
–––––––––
Réaction de Mel Taprun :
S'agissant maintenant de l'élection d'une miss "Gamassade", je suis tout à fait d'accord pour que nous organisions le concours. Je propose que nous mettions à profit votre venue pour coucher sur le papier - et non pas "coucher sur mon pucier" la silhouette des postulantes.
PS1 : j'ai déjà une candidature. Ci-contre une photo de la postulante.
PS2 : je communique ce mail à tous les membres du jury.
–––––––––
Réaction de Pounac : 
Une miss Gamassade ? Voilà une idée qu'elle est bonne !

Le coup de blues de l'exhibitionniste de Marsa

14 avril 2011, revue de presse du Duc de Panier
La Dépêche du Midi

"Je me déteste. Je ne me comprends pas ! Alors comment vous expliquer…".
Dans le box entre deux gendarmes, le Cardinal est au bord des larmes. Cet ancien diplomate, devenu détective, a été interpellé par des gendarmes alors qu'il venait de montrer ses attributs à trois jeunes filles sur le parking du centre commercial de Labège.
"Et ce n'est pas la première fois", constate la présidente Ruisseau, un œil sur le casier.
Ses victimes, présentes au premier rang, observent d'un coin de l'œil cet exhibitionniste "déprimé". "Avec le recul, on a eu peur", confie au tribunal l'une d'elles. "On peut entendre le malaise du prévenu. Mais j'aurais aimé qu'il dise un mot aux victimes. Cela n'aurait pas été de trop", s'inquiète Me Frite, l'avocate des jeunes femmes.
"Et l'expert psychiatre affirme que votre dépression n'a rien à voir avec vos tendances", souligne le procureur Soupolait agacé des condamnations de 2004 et 2007. Il requiert huit mois de prison dont deux fermes avec mandat de dépôt. "Il est malade avant tout, répond Me Jachère. À quoi servira la prison ? À rien. Il faut l'aider, l'encadrer, le faire soigner. Cela a été efficace. Cela le sera encore". Le tribunal a choisi cette voie en conservant la crainte de la prison ferme : huit mois dont six avec sursis et mise à l'épreuve. Avec "soins immédiats" souligne la présidente. Plus 1 800 € à verser aux victimes.
–––––––––
Réactions de Pounac :
Ah bon ? Il faut le soigner ? Et soigner quoi ? Ce qu'il montre sur les parkings ? Parce que le trois jeunes filles étaient insatisfaites ? Me dis pas que c'est pas vrai ! Ci-contre une frétillante bergère qui en redemande...

La saison des labours

17 avril 2011, de notre correspondant :

Comme il est toujours dur de l'avoir mou, profitant des propriétés de son engin, cet exploitant gamasson fouaille son champ avant de l'ensemencer... Une bien belle image, qui nous rappelle l'agriculture traditionnelle !
Burnaud d'Escouilles, petit exploitant exploité


Pounac : J'aurais dit "fouaille son champ tout en l'ensemençant" et "il est doux de l'avoir dur" ! Quand le site de la Gamassade redémarrera, cette image ne nécessitera que peu de retouche...


Que ceux qui croient reconnaître le tracteur et la charrue nous écrivent : ils ont gagné un tour de manège.


Retraités ivres sur la voie publique

21 avril, revue de presse de Suze de P.


Triste spectacle que celui de cet homme encore dans la force de l'âge après qu'il eût régurgité tripes et boyaux.


Retraités ivres sur la voie publique : "Prenons leur identité et envoyons leur la facture !"
Birnoh d'Iscouilles, imam à Cadifour, à propos de l'alcool sur la voie publique :
"Certains soirs, les pompiers - que la paix soit avec eux - passent leur temps à ramasser des retraités ivres, et à les transporter aux urgences du CHU de Vidaillac, qui sont régulièrement débordées. En sortant de prière le soir, il m'est déjà arrivé plusieurs fois de croiser ces pauvres gens par groupe de trois ou quatre, avec des bouteilles de Suze à la main. Je me demande dans quel état ils sont le lendemain pour aller à la mosquée...
Je propose qu'à chaque déplacement des pompiers - paix et bénédictions sur eux - pour aller secourir ces égarés, on prenne leur identité et leur adresse (ou celle de leurs enfants pour les retraités non autonomes) à leur arrivée à l'hôpital pour pouvoir, ensuite, leur envoyer une facture correspondant au coût de l'intervention. Nous savons bien que l'être humain commence à réagir lorsque l'on attaque son porte-monnaie - que Dieu le remplisse. Pourquoi ne pas essayer cette méthode ?"

 


Tenue de chasse

18 avril :

Tout sourire, notre prince étrenne le nouveau sportswear de chasse camouflé commandé sur Amazon.fr et qui vient de lui être livré par chronopost.


C'est le père Taprun qui a perdu son chat

30 décembre 2010
Le chat préféré de notre ami Taprun a faim et cherche où a bien pu passer son maître.


Fukushima ou pas ?

21 mars, revue de presse de M. de Leurmiche :
Japon : Des traces du nuage radioactif de Fukushima bientôt dans le ciel français, avec selon l'IRSN une forte concentration sur la principauté de La Gamassade.
Des résidus, ou "taprun's" sont attendus en très faible nombre à partir de mercredi.
–––––––––
Réactions :
Heureusement il ne pleut pas... Un résidu d'une valeur de 1 Taprun, cela fait combien de sievert, de rem ou de becquerels ? Je ne connais pas cette unité. En tout cas, la principauté est plus irradiée que la Seine & Marne.
Voir : http://www.irsn.fr/FR/Documents/france.htm et chercher le Lot.
Restons forts. Pounac


Il filmait en cachette...

24 mars, revue de presse de Mel Taprun :
LA DEPECHE DU MIDI
PUBLIÉ LE 24/03/2011 07:39

Il filmait en cachette sous les jupes des filles
Un pervers de 71 ans est soupçonné d'avoir filmé pendant 3 ans, avec son téléphone portable, sous les jupes des filles dans des magasins de la banlieue de Belregard. Pas moins de 600 vidéos à caractère sexuel ont été recensées.
Il y avait les dragueurs des supermarchés, il y a désormais des apprentis cinéastes spécialisés dans les petites culottes. Dernièrement, un homme de 71 ans, domicilié dans l'ouest de Marsa, collectionneur de films de fessiers et d'entrejambes féminins s'est fait surprendre dans les rayons d'un supermarché de la banlieue toulousaine en train de filmer avec son téléphone portable sous la jupe d'une cliente. Remis entre les mains des policiers, cet homme, fonctionnaire retraité, vient d'être présenté devant un juge. Dans son téléphone, pas moins de 100 vidéos axées sur les parties intimes des jeunes femmes ont été recensées par les policiers de la sûreté départementale. Dans le disque dur de son ordinateur personnel, 500 autres fichiers du même acabit ont également été découverts. Soit, au total, un stock impressionnant de lingeries fines virtuelles de 600 vidéos !
–––––––––
Réactions :
Cela m'étonne de la part de notre cardinal préféré. Mais bon... Il a sans doute besoin d'une petite cure de désintoxication. Il faudrait l'emmener à une bamboula en ASE.
P.S. Je viens de perdre 10 minutes sur mon clavier à essayer d'enlever le point avant le "à" dans la phrase "Il faudrait l'emmener.à une bamboula... C'était en fait une poussière sur mon écran ! Peut-on être con à ce point ! Bonne fin de semaine avant les pluies radioactives du week-end.
Suze

500 clichés sous les jupes

19 avril, revue de presse du Duc de Panier :
Toulouse et sa région

Très couru au Japon, le "upskirting" (sous les jupes), voit des collectionneurs rivaliser d'ingéniosité pour ensuite publier leurs trophées sur internet./DR

Pris la main dans le sac, à la sortie de métro Balma-Gramont, un voyeur qui photographiait sous les jupes des filles a avoué 500 prises de vues interdites.
"Voir sous les jupes des filles…" Cet habitant de Marsa, village du sud est du département, que les gardes de Balma ont interpellé vendredi, a-t-il été trop inspiré par la chanson d'Alain Souchon ? Nul ne peut vraiment le dire. Il n'empêche, l'individu avait fait de ce hobby un peu spécial, son passe-temps favori et l'avait agrémenté d'une petite touche personnelle. Grâce à un téléphone portable, le voyeur photographiait les dessous des dames à leur insu, cibles qu'il choisissait dans la rue, dans des supermarchés ou plus souvent, aux sorties de métro. Celle de Balma-Gramont a été son dernier terrain de jeu...
C'est la qu'il a été pris la main dans le sac ou plus exactement contre la cuisse d'une victime. Touchée lors d'une petite bousculade, alors qu'elle montait l'escalator, lieu qui favorise les prises de vues interdites, la dame a aussitôt prévenu les agents de sécurité qui ont attrapé l'homme et l'ont remis aux gendarmes. Placé en garde à vue, le voyeur a reconnu ses gestes déplacés. Jamais appréhendé pour de tels actes, il a cependant avoué avoir exercé ses pulsions et extravagances numériques auprès d'environ cinq cents femmes, photos qu'il a ensuite, au fil du temps, stockées à son domicile. "L'enquête est toujours en cours pour examiner également ses ordinateurs et voir s'il n'est pas allé plus loin", a confié un garde. Selon les premiers indices, cet homme n'aurait commis aucun attouchements ni violences sur ces personnes qu'il se contentait de photographier. Au juge qui l'a déjà entendu, il a par ailleurs reconnu avoir besoin de soins pour régler ce problème récurrent appelé "upskirts". Remis en liberté, le voyeur a été placé sous contrôle judiciaire.

Revue de presse

20 avril, revue de presse de M. de Leurmiche :
La Gamassade : menacé d'expulsion, il squatte la grange familiale depuis 18 ans
"Ici, c'est chez moi, je ne partirai pas": en dépit des décisions d'expulsion, Mel T. 63 ans, refuse obstinément de quitter l'ancienne grange corrézienne de sa famille, expulsée en 1993, où il vit depuis dans des conditions quasi moyenâgeuses. Situé un peu à l'écart de Belregard, un village d'une centaine d'âmes du sud du Quercy, le bâtiment de pierres est en piètre état : en guise de toit, des tôles trouées laissent passer les rayons du soleil tandis que le plancher est jonché d'immondices, de cartons, de chiffons, d'anciens meubles... Dans un coin de la grange, on devine un matelas recouvert d'un duvet crasseux ; au milieu trône une table avec dessus des bouteilles d'alcool vides et quelques boîtes de conserves. Pas d'eau, pas d'électricité, pas de chauffage.


  La pensée philosophique du jour :
J'ai regardé un chien courir derrière sa queue pendant dix minutes en pensant : "Wow, les chiens se divertissent avec peu de choses." Puis j'ai réalisé que cela faisait dix minutes que je regardais ce chien courir derrière sa queue.
 

Accueil
Actualités
Archives
Principauté
Nos princes
Littérature
Beaux-arts
Polémiques
Courrier
Journal
Nomenklatura
Contact
Page précédente
Page suivante