AccueilActualitésAssociationAéroportsEuropeContactLiensPlan 

Ville & Aéroport

L'aéroport de Lyon-Saint Exupéry

 

Accueil 

Editorial 

Actualités 
Presse 
Agenda manifestations 
 

L'Association 
Présentation 

Charte 

Statuts 

Membres 

Communes 

Les aéroports 

Roissy CDG 

Paris Orly 

Strasbourg Entzheim 

Bâle Mulhouse 

Lyon St Exupéry 

Bordeaux Mérignac 

Toulouse Blagnac 

Marseille Provence 

Nice Côte d'Azur 

Documents 

Espace Europe 

Contactez-nous 
Liens utiles 

Plan du site 

Sommaire de la page

 

Statistiques de trafic - Année 2000
Le développement économique
Développement durable et environnement
Les principaux acteurs du transport aérien de Lyon-St-Exupéry (liens utiles)
Les maires des communes riveraines de l'aéroport de Lyon-St-Exupéry
Les associations de riverains de l'aéroport Lyon-St-Exupéry

Communiqué de presse de l'aéroport Lyon-Saint Exupéry. 7 janvier 2001

Trafic aérien : Lyon-Saint Exupéry résiste bien
Malgré un trafic passagers en net recul pour les mois d'octobre (- 9,9%), de novembre (- 12,7%) et de décembre (- 10,1%), l'Aéroport Lyon-Saint Exupéry résiste au ralentissement qui touche le secteur du transport aérien. Avec 6,10 millions de passagers pour l'ensemble de l'année 2001 (+ 1,5 % par rapport à 2000), Lyon-Saint Exupéry est le seul des grands aéroports français à afficher un trafic en hausse.

Tandis que les aéroports de Marseille, Nice et Toulouse enregistrent des baisses de trafic respectives de - 8,2 %, - 4,2 % et - 2,0 % en 2001, Lyon-Saint Exupéry, deuxième aéroport en régions, résiste avec une légère progression de 1,5 %, à 6 108 607 passagers.
   A Lyon, ces résultats sont les conséquences cumulées de la suppression de services long-courriers sur l'Amérique du Nord (New York) et la zone Caraïbes-Amérique Centrale (Fort-de-France, Pointe-à-Pitre et Punta Cana), du ralentissement de l'économie internationale et des turbulences qu'ont connues les compagnies Swissair et Sabena, facteurs encore aggravés par les événements du 11 septembre dernier.
   Jusqu'ici sensiblement plus dynamique que le trafic domestique, le trafic international (55,9 % du trafic total) a cette année marqué le pas avec une progression de 2,3 %. Les résultats enregistrés sur la Pologne (+ 59 %), la Turquie (+ 20,8 %), l'Algérie (+ 17,8 %) ou l'Irlande (+17,5 %) notamment ont permis de compenser partiellement les moins bonne performances d'autres destinations.
   Sur l'ensemble de l'année, la grande majorité des escales du réseau domestique progressent et totalisent, ensemble, 2,64 millions de passagers, en hausse de 1,9 % par rapport à 2000.
   Enfin, le fret avionné, recule de 13,4 % à 29 927 tonnes par rapport à 2000, qui fut une année exceptionnelle pour ce type de trafic. La suppression de vols mixtes (Delta Air Lines, aéroLyon …) et la modification du réseau express par certains intégrateurs en sont les causes principales. Les résultats du fret camionné, quant à eux, devraient être connus dans le courant du premier trimestre 2001.

 

Tout le détail du trafic annuel disponible sur :
www.lyon.aeroport.fr, rubrique Centre de Presse / statistiques 2001
Contacts presse :
Jacques Donati - Tel : 04 72 22 72 08
Muriel Lemaire - Tel : 04 72 22 74 29

TRAFIC PASSAGERS 2001

Mois

2001

Variation (en %)

Janvier

493 718

+ 10,6 %

dont : national

221 228

+ 12,1 %

international

267 447

+ 10,7 %

Février

489 576

+ 7,4 %

dont : national

209 189

+ 5,7 %

international

276 925

+ 9,9 %

Mars

574 952

+ 8,2 %

dont : national

240 149

+ 4,6 %

international

330 640

+ 12,5 %

Avril

586 591

+ 4,9 %

dont : national

234 576

+ 7,7 %

international

345 843

+ 3,8 %

Mai

520 230

+ 1,2 %

dont : national

226 874

0,0 %

international

290 202

+ 3,3 %

Juin

560 038

+ 7,2 %

dont : national

253 551

+ 11,2 %

international

302 590

+ 6,1 %

Juillet

595 102

+ 4,4 %

dont : national

244 556

+ 8,7 %

international

345 744

+ 3,2 %

Août

535 956

+ 2,7 %

dont : national

191 934

+ 5,3 %

international

341 060

+ 3,5 %

Septembre

535 798

+ 0,1 %

dont : national

111 221

+ 1,1 %

international

 

+ 1,0 %

Octobre

452 892

- 9,9 %

dont : national

220 267

- 5,7 %

international

229 264

- 11,7 %

Novembre

373 707

- 12,7 %

dont : national

196 595

- 11,0 %

international

172 624

- 15,7 %

Décembre

390 035

- 10,1 %

dont : national

180 216

- 15,1 %

international

205 875

- 6,1 %

TOTAL

6 108 607

+ 1,5 %

dont : national

 

 

international

 

 

Statistiques de trafic - Année 2000

Le trafic fret

L'aéroport Lyon-St-Exupéry est en forme. Son trafic de fret avionné a progressé en 2000 de 27,4%, pour atteindre 34918 tonnes. Cette hausse est d'abord imputable au développement impressionnant de l'activité des expressistes. DHL progresse de 30%, UPS de 77%, TNT de 44% et l'Aéropostale de 19,5%. Mais l'aéroport se félicite également de l'ouverture de la ligne Lyon/ New-York, assurée par Delta Airlines depuis avril dernier, bien que celle-ci ne représente encore que 2000 tonnes. Au total, 74% du fret avionné lyonnais empruntent des vols cargos (dont 65% d'express), contre 26% seulement qui partent sur des vols mixtes. La photographie du marché ne serait pas complète sans les chiffres du fret camionné. Pour 2000, la hausse est estimée à 10%, ce qui porte le tonnage total à environ 93000 tonnes.
   Enfin, il convient d'ajouter à cela le trafic postal qui, bien qu'en forte régression (-20, 9%), représente 11615 tonnes.

 

Fret 1999
Variation
Fret 2000
Variation

Fret avionnné (en tonnes)

27 409
+ 0,3%
34 918
+ 27,4%

Poste (en tonnes)

11 615
- 6,4%
9 187
- 20,9%

Le trafic passagers

Avec une croissance de son trafic de 9,5%, l'aéroport a enregistré la plus forte progression des principaux aéroports français (ceux dont le trafic dépasse les 5 millions de passagers). Il n'y a guère que l'aéroport suisse de Genève-Cointrin à avoir connu une augmentation supérieure (+ 11,4%). C'est à Nice que la croissance du trafic a été la plus forte après Lyon (+ 8,4%). L'année 2000 restera dans les annales pour Lyon, puisque, outre son changement de nom et l'ouverture de la ligne sur New York en avril, la plate-forme lyonnaise a franchi, pour la première fois de son histoire, le cap des 6 millions de passagers dans l'année, 55% de ce trafic étant assuré à l'international. Lyon-St-Exupéry va bénéficier d'un important programme d'investissement de 1,250 milliard de francs d'ici à 2004. Le nombre de mouvements d'avions approche le seuil de saturation aux heures de pointe. Les réalisations visant à faire passer le nombre de mouvements de 45 à 51 à l'heure sont déjà programmées. Il s'agit de l'extension des deux terminaux et de l'aménagement des pistes. En effet, Lyon veut se positionner comme l'aéroport de référence du grand Sud-Est, avec un fort développement des lignes internationales. La multiplication des lignes européennes par le groupe Air France, la réussite du Lyon-New York, l'attente de la ligne sur Atlanta et l'ouverture d'une route asiatique, deux événements attendus pour 2002, confortent les gestionnaires dans cette ambition.

 

1999
Variation
2000
Variation

Nombre de passagers

5 500 548
+ 5,5%
6 021 061
+ 9,5%

dont : international

2 929 672
+ 6,3%
3 338 555
+ 14%

national

2 486 599
+ 6,3%
2 594 862
+ 4,4%

transit

84 277
- 27,7%
87 644
+ 4%

Mouvements d'avions

 

1999
Variation
2000
Variation

Vols commerciaux

116 894
+ 13,4%
124 347
+ 6,4%

Lyon-St-Exupéry est la plate-forme française (hors Paris) où le trafic international est proportionnellement le plus important. La part du trafic international par rapport au trafic total est en hausse de 3,3 points. La ligne Lyon- New York a transporté 62 367 passagers entre le 15 avril 2000 et la fin de l'année 2000.
   Avec 728 906 passagers, le trafic entre Lyon et Paris est en baisse de 3,3%, il représente 12,3% du trafic total de l'aéroport. Les différents mouvements sociaux sur l'année 2000 ont entraîné une perte de trafic d'environ 38 000 passagers. Contrairement à l'année 1999, le nombre de mouvements d'avions a progressé moins vite que le trafic passagers grâce à l'augmentation de la capacité d'emport moyenne des appareils et de leur remplissage.

Lyon-St-Exupéry franchit les 6 millions de passagers

 Ville

Nombre de passagers en millions en 2000
Evolution par rapport à 1999

Aéroports parisiens

68,163
+ 6,6%

Nice

9,392
+ 8,4%

Genève Cointrin

6,669
+ 11,4%

Marseille

6,458
+ 7,3%

Lyon Saint-Exupéry

6,021
+ 9,5%

Toulouse

5,350
+ 5,6%

Le développement économique

L'aéroport de Lyon-St-Exupéry se prépare pour les vingt prochaines années. Le nouveau schéma directeur, qui définit l'aménagement de la plate-forme à l'horizon 2020, prévoit une première phase qui doit porter la capacité de traitement à huit millions de passagers par an d'ici à 2005. Curieusement, le reste du schéma directeur n'est accompagné d'aucun calendrier. La réalisation des deux pistes supplémentaires et d'une troisième aérogare se décidera donc en fonction de l'évolution du trafic. De quoi calmer pour un temps les inquiétudes de certaines associations de riverains. Ce document est la « suite logique de l'avant-projet de plan de masse approuvé par le ministre des Transports en juillet 1999 », rappelle Guy Malher, ancien président de la chambre de commerce et d'industrie de Lyon.
   Le futur aéroport de Lyon-St-Exupéry s'articulerait autour d'un « mail » central. Celui-ci regrouperait les axes routiers et ferroviaires (TGV et TER). Deux doublets de pistes l'encadreraient. Un troisième terminal ferait face aux actuelles aérogares 1 et 2, de l'autre côté de la gare TGV. En attendant, il s'agit de faire face à une croissance du trafic plus rapide que prévu puisque la hausse pour 2000 est de 9,5%. Par conséquent, les infrastructures arrivent déjà à une certaine saturation. D'où, la décision de porter la capacité de six à huit millions de passagers par an. Pour cela est lancée une première tranche d'investissements de 1,25 MdF sur cinq ans. Il s'agit en premier lieu d'aménager des bretelles de dégagement rapide afin de permettre aux pistes de traiter 51 mouvements d'avions par heure contre 45 aujourd'hui. Sont également programmés des travaux dans les deux terminaux. À l'aérogare 2, la construction d'un satellite avec deux jetées dédiées aux avions régionaux permettra d'optimiser le fonctionnement du « hub » d'Air France. La zone de fret sera réaménagée et des aires de stationnement avions supplémentaires seront créées. À peu près un quart du budget sera consacré au « gros entretien » : l'aéroport commence à accuser ses 25 ans d'existence.

En cinq ans, plus de 1800 emplois ont été créés sur la plate-forme. Cette croissance, supérieure à celle du trafic passagers, contribue à améliorer sensiblement le ratio emplois/million de passagers par an (mppa) : de 615 emplois par million de passagers transportés en 1995, celui-ci a en effet atteint 816 emplois/mppa en juillet 2000.
   Au-delà de ces résultats, Lyon-St-Exupéry a également connu de nombreuses actualités - de l'approbation, par le ministre des Transports, de son Avant-Projet de Plan de Masse au changement de son nom en passant par l'ouverture de la ligne Lyon-New York&emdash;qui auront une incidence significative sur le développement de la plate-forme et la place qu'elle entend occuper sur la scène du transport aérien international.

Fort de capacités parmi les plus importantes en Europe (2000 hectares dont 900 hectares de réserves foncières) et d'un marché de tout premier plan (Rhône-Alpes représente 10% du PIB national), Lyon-St-Exupéry entend dès aujourd'hui poser les principes de son développement futur avec trois objectifs majeurs :
1) Répondre de manière optimale aux besoins de transport des passagers du grand Sud-Est,
2) Faire face à la croissance du transport aérien,
3) Affirmer l'intégration de la plate-forme dans son environnement.

C'est donc dans cette logique que Lyon-St-Exupéry vient de se doter d'un Schéma Directeur qui régira, à court, moyen et long terme, son développement global :
1) l'élaboration de l'APPM et son approbation (1997-1999),
2) la définition du plan de développement stratégique de Lyon-St-Exupéry (1999),
3) l'élaboration du schéma directeur lui-même (1999-2000),
4) la mise en œuvre du schéma directeur (2001- 2020).

Bien qu'un schéma directeur ait à évoluer en permanence (en fonction, notamment, du marché du transport aérien et des capacités financières dégagées pour les investissements), des réalisations sont d'ores et déjà programmées d'ici 2005 :
1) lancement du projet Cargoport (réaménagement de la zone de fret),
2) optimisation des infrastructures aéroportuaires pour accueillir, à terme, 10 millions de passagers par an :
- extension des terminaux,
- aménagement des pistes existantes (création de bretelles de dégagement rapide et de taxiways) pour passer de 45 à 51 mouvements par heure,

- appel à des fonds privés pour proposer une nouvelle offre :
- 250 chambres d'hôtel,
- 2500 places de parkings souterrains,
- 3000 m2 de bureaux,
- 1500 m2 de centre d'affaires

- actions en faveur de l'environnement :
- signature, sous l'égide de la préfecture, d'une charte avec les associations de riverains (40 actions programmées sur les trois ans à venir),
- travail préparatoire à l'obtention de la norme ISO 14001.

Développement durable et environnement

Nuisances sonores, qualité de l'air, gestion des déchets, ressource en eau… l'Aéroport Lyon-St-Exupéry s'engage résolument dans un plan ambitieux de quarante et une actions pour les trois prochaines années. Un engagement entièrement voué à la protection de l'environnement aéroportuaire et de ses habitants.
   Lors d'une réunion de la Commission Consultative de l'Environnement, le 30 mars 1999, le Préfet proposait d'engager une concertation pour aboutir à l'élaboration d'un document définissant, point par point, les engagements des acteurs du transport aérien vis à vis de la protection de l'environnement naturel et humain.
   Après avoir travaillé pendant plus d'un an et s'être réuni douze fois, le groupe d'élaboration de la charte (GEC), réunissant représentants du préfet, maires, associations de riverains, Chambre de Commerce et d'Industrie de Lyon, Direction de l'Aviation Civile, Direction Départementale de l'Equipement et compagnies aériennes, vient de rendre sa première copie.
   Présenté à la Commission consultative de l'environnement le 20 décembre dernier, le document détaille, en sept chapitres, un plan d'actions à mener dans les trois ans à venir.
   Le volet de la maîtrise des nuisances sonores, qui comporte à lui seul quinze engagements d'actions, est la pièce maîtresse de ce document qui consacre, parallèlement, une large part aux autres thèmes environnementaux tels la préservation de la qualité de l'air, la protection de la ressource en eau, la gestion des déchets, la préservation du milieu naturel et l'insertion paysagère.
   Enfin, deux chapitres sont consacrés à l'engagement à la transparence ainsi que du contrôle et du suivi des engagements. Ils mettent l'accent sur la communication et l'information des riverains, tant au niveau des projets futurs que de la mise en application des objectifs définis.
 

Maîtrise des nuisances sonores

CONSTAS : Le dispositif CONSTAS (pour Contrôle des Nuisances et le Suivi des Trajectoires de l'Aéroport Lyon-Saint Exupéry) est la pierre angulaire de ce chapitre qui présente une quinzaine d'actions de contrôle des nuisances sonores et des trajectoires de l'aéroport Lyon-Saint Exupéry.
   Le système comporte six stations de mesure de bruit installées sur les communes de Grenay, Janneyrais, Jons, Pusignan, Saint-Laurent-de-Mure, Saint-Quentin-Fallavier, une station mobile et une connexion sur le radar.
   Cet outil, destiné à contrôler le bruit et les trajectoires des avions, permettra d'améliorer notablement la gestion des réclamations des riverains, d'intensifier les contrôles et d'alerter les compagnies aériennes en cas d'écarts non justifiés. De plus, des sanctions seront prises à terme envers les compagnies aériennes qui ne respecteraient pas les restrictions opérationnelles.
   Géré par le médiateur de Lyon-St-Exupéry, CONSTAS, qui a nécessité un investissement de 4,5 millions de francs, est opérationnel depuis le début de cette année.

Réduction des vols de nuit

Les autres mesures visant à atténuer les nuisances sonores concernent principalement les vols de nuit. Il est notamment prévu que l'interdiction de l'utilisation des inverseurs de poussée (utilisés par les appareils à l'atterrissage) la nuit, entre 22 heures et 6 heures sera étudiée.
   Le début de la plage horaire nocturne d'interdiction des mouvements d'avions bruyants dits de chapitre II, devrait, quant à lui, être avancé de 23h30 à 22h00 pour le décollage, et de 23h15 à 22h15 pour l'atterrissage.
   De son côté Air France supprime de jour comme de nuit, 95% des avions de chapitre II dès avril 2001.
   Cette décision équivaut à supprimer 7000 vols de chapitre II par an avant que l'ensemble de ces avions soient totalement interdits en avril 2002.
   Enfin, les approches à vue, jusqu'à présent interdites uniquement la nuit, seront également supprimées pendant la journée, à l'exception des vols de sécurité.

Préservation de la qualité de l'air

Afin d'acquérir une meilleure connaissance de la qualité de l'air, l'Aéroport Lyon-Saint Exupéry prévoit de constituer une base de données des émissions de polluants, portant sur deux années de référence, et d'installer une station de surveillance de la qualité de l'air.
   Par ailleurs, certaines émissions de polluants seront réduites, notamment grâce au renouvellement progressif du parc roulant sur le site (véhicules de la Chambre de Commerce, des compagnies aériennes, etc.) par des véhicules « propres ». C'est ainsi que les bus de pistes seront progressivement alimentés à l'aquazole.

Protection de la ressource en eau

Lyon-St-Exupéry est implanté sur la nappe phréatique de l'Est lyonnais qui constitue la réserve en eau potable de l'agglomération lyonnaise. D'où la nécessité de collecter et de traiter tous les rejets polluants pour la nappe, de systématiser le contrôle des eaux pluviales et de renforcer les procédures d'urgence environnementale.

Gestion des déchets

Les deux cents entreprises installées sur le site ont produit l'an passé plus de deux mille tonnes de déchets ! La Chambre de Commerce et d'Industrie de Lyon, qui a d'ores et déjà mis en place un tri sélectif de ces déchets, réalisera des campagnes de sensibilisation auprès des entreprises sur le tri et la réduction des déchets à la source.

Préservation du milieu naturel et insertion paysagère

Une étude de l'impact des activités aéroportuaires sur le milieu du parc de Miribel-Jonage, ainsi qu'une étude approfondie sur des échantillons prélevés dans un bois proche de l'aéroport sera lancée au cours de l'année 2001.

Transparence, contrôle et suivi des engagements

Tout projet ayant un impact significatif sur l'environnement en termes d'investissements, de modification de l'exploitation ou de la circulation aérienne devra être présenté à la Commission Consultative de l'Environnement qui se réunira au moins une fois par an.
   Un espace d'information dédié aux riverains sera créé prochainement.
   Depuis la mise en service du système CONSTAS, toute réponse aux réclamations des riverains est traitée dans les sept jours. Les niveaux de bruit enregistrés, les déviations éventuelles de trajectoires, les motifs des approches à vue - le cas échéant - et les résultats des mesures de la qualité de l'air seront publiés tous les trimestres dans le journal Dialogue et sur le site internet. Chaque trimestre, un droit d'expression sera offert aux riverains.

Contrôle des engagements par l'ACNUSA et suivi par la CCE

L'ACNUSA, Autorité de Contrôle des Nuisances Sonores Aéroportuaires, créée par la loi du 12 juillet 1999, est chargée de contrôler les engagements pris concernant la maîtrise des nuisances sonores et de rendre publics les résultats de ce contrôle.
   Le plan d'actions prévoit de mettre en place des indicateurs de performance mensuels et semestriels, dans tous les domaines environnementaux évoqués.

Une charte évolutive

Ces 41 actions engagent l'aéroport pour 3 ans. Une revue régulière de ces actions permettra d'en mesurer l'avancement, mais surtout, ces actions devront évoluer dans le temps en fonction des avancées technologiques et réglementaires du moment.
   Dans ce contexte, afficher de bonnes performances environnementales, s'engager sur la limitation des nuisances et mettre en place une démarche de certification ISO 14001 - comme l'aéroport vient de le faire - devient insuffisant.
   Pour Lyon-St-Exupéry, le développement passe par un incontournable préalable : résoudre l'équation « comment concilier développement de l'aéroport, aménagement du territoire et préservation de l'environnement ». En d'autres termes « comment garantir le développement durable de l'aéroport et de son territoire ? ».
   Le plan d'actions pour le développement durable de Lyon-Saint Exupéry a donc deux ambitions :
Se rapprocher de son territoire
En associant les élus locaux, régionaux, nationaux et européens, les associations de riverains, et les populations aux enjeux du développement de l'aéroport : réseau aérien, infrastructures d'accès à l'aéroport, création de richesse (fiscalité, emplois…), pouvoir d'attraction des entreprises.
Etre exemplaire en matière d'environnement
À l'issue d'un an de concertation avec les représentants des élus, des associations et des compagnies aériennes, l'aéroport s'engage sur 41 actions pour les 3 prochaines années avec un objectif de certification ISO 14001 pour le premier trimestre 2002 :
- maîtrise des nuisances sonores
- qualité de l'air,
- gestion des déchets,
- protection de la ressource en eau,
- transparence et contrôle,
- suivi des engagements.

 

Aéroport de Lyon Saint Exupéry
Projet de plan de gêne sonore

En jaune : zone 78-89
En orange : zone 89-96
En rouge : zone 96 et plus
 

Les principaux acteurs du transport aérien de l'aéroport Lyon-St-Exupéry (liens utiles)

Les collectivités locales

Aéroport Lyon-Saint Exupéry

Site Internet : www.lyon.aeroport.fr

Préfecture de Région Rhône-Alpes

106, rue Pierre-Corneille 69419 Lyon Cedex 03
Tel : 04.78.60.49.38

Conseil Régional Rhône-Alpes

78, route de Paris BP 19 69751 Charbonnières-les-Bains Cedex
Tel : 04.72.59.42.18

Préfecture du Rhône

106, rue Pierre-Corneille 69419 Lyon Cedex 03
Tel : 04.72.61.60.60

Conseil Général du Rhône

29-31, cours de la Liberté 69483 Lyon Cedex 03
Tel : 04.72.61.77.77
Site Internet :
www.cg69.fr

Communauté Urbaine de Lyon

 

Autres liens

CCI de Lyon

Palais du Commerce
20, rue de la Bourse 69289 Lyon Cedex 02
Tel : 04.72.40.58.58

Direction Départementale de l'Equipement

33, rue Moncey 69421 Lyon Cedex 03
Tel : 04.78.62.50.50

DGAC Centre-Est

Aéroport de Lyon-Saint-Exupéry
BP 113 - 69125 Lyon-Saint-Exupéry Aéroport
Tel : 04.72.22.72.21
Site Internet :
www.lyon.aeroport.fr

Direction Régionale de l'Environnement

19, rue de la Villette 69425 Lyon Cedex 03
Tel : 04.72.13.83.13

ADEME

74, boulevard du 11 novembre 69100 Villeurbanne
Tel : 04.72.69.87.10

Les maires des communes riveraines de l'aéroport Lyon-St-Exupéry

- M. Barge, Maire de Jonage (commune adhérente de Ville et Aéroport) ;
- M. Bacconnuer, Maire de Saint Quentin-Fallavier (commune adhérente de Ville et Aéroport) :
- Communauté de Communes de l'Est Lyonnais (adhérente de Ville et Aéroport).

Voir aussi les maires des communes suivantes :
- Grenay,
- Janneyras,
- Satolas et Bonce,
- Villette d'Anthon,
- Genas,
- Meyzieu,
- Saint Bonnet de Mure,
- Colombier Saugnieu,
- Jons,
- Pusignan,
- Saint Laurent de Mure.

Les associations de riverains de l'aéroport Lyon-St-Exupéry
 

ACENAS
Association Contre l'Extension des Nuisances de Saint-Exupéry

Siège : Chemin de Lavignon 38540 Heyrieux
Tel : 04.72.48.70.43
Email :
acenas@wanadoo.fr
Site Internet de l'association ACENAS (Cf. celui de l'Aéroport Lyon-St-Exupéry)
Présidente : Mme Evelyne Lavezzari

CORIAS
Comité des Riverains de l'Aéroport de Saint-Exupéry (Collectif de 11 associations)

Siège : 69330 Mairie de Pusignan
Fax : 04.78.31.38.97
Email :
andree.bazoge@wanadoo.fr
Président : M. Jean-Luc Garcia
Responsable communication : Mme A. Bazoge

CRIE
Contrôle du Risque Industriel et de l'Environnement

Siège : Rue des Charpennes 69330 Pusignan
Tel : 04.78.04.43.02
Président : M.Loria Robert

 

 

 

 www.villaeroport.org